Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Soit dit en passant

Veuillez présenter votre ticket d'entrée !

21 Avril 2019 , Rédigé par Jean-Claude Dorléans

À l’instar de quelques-uns de mes collègues de bureau j’aime à truffer mes propos de citations volées à une poignée de plumitifs, de préférence décédés afin qu’ils ne fussent point tentés de venir me demander des comptes, allant possiblement jusqu’à amputer gravement mes ressources qui me permettent au quotidien de boire à leur santé. J’affectionne notamment celle-ci empruntée à ce bon vieux Pascal (Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer au repos dans une chambre). Je l’affectionne parce qu’il m’a fallu bien du temps pour parvenir, autant que faire se peut, à la mettre à exécution et à la pratiquer assidûment, quand bien même il m’arrive parfois de m’écarter, fut-ce brièvement, de l’absolue rigueur d’un tel précepte. Car en vérité je n’ai aucun goût pour le malheur, sauf probablement pour celui des autres sans toutefois généraliser puisqu’il existe quand même un certain nombre d’individus pour qui je peux témoigner d’une empathie vraisemblablement sincère, si le moment est bien choisi et à condition que ce fût par moi.
C’est précisément l’un de mes collègues de bureau qui vient tout juste de produire un ouvrage publié par un de ces éditeurs de province dont on ne parle guère à la télévision, fut-ce pour en dire du mal. Dans cet ouvrage l’auteur cite Pascal (voir plus haut) en y ajoutant la fin de la citation qui dit : Les hommes n’ayant pu guérir la mort, la misère, l’ignorance, ils se sont avisés, pour se rendre heureux, de n’y point penser. Que voilà donc une idée qu’elle est bonne. N’y plus penser et le bonheur est là qui nous tend les bras et, pour un peu, nous déboucherions une ou deux bouteilles pour aller trinquer en compagnie avec l’ignoble salopard qui ne cesse de s’épanouir à quelques mètres de cette chambre où nous aurions dû demeurer au repos.
L’auteur dudit ouvrage, pour qui j’ai beaucoup d’affection, y développe une réflexion sur l’existence et s’intime pour consigne de tendre à tranquillement affronter l’ultime en étant au clair avec soi-même (…). Alors attendre avec soumission une issue inévitable et l’accepter ? (…) Tendre vers cette neutralité bienveillante, issue de l’absence de raison sérieuse de pencher pour ceci plutôt que pour cela. (…) L’indifférence nous permet sans doute de supporter le poids de ce qui nous dépasse. Elle nous garderait du donquichottisme. Tout accepter, pour autant ? Tout, sauf l’inacceptable, c’est-à-dire ce qui met en cause notre nature profonde.
La somme de tout ce que j’estime inacceptable est telle que je me refuse à choisir l’indifférence, je n’ai pas cette sagesse-là et m’oppose avec vigueur à tout ce qui pourrait contrarier ma nature profonde. S’agirait-il de ma part de quelque penchant forcément répugnant pour le donquichottisme, je ne le crois point puisque je fais partie de cette cohorte de lâches dont l’ignoble pusillanimité aurait dû depuis longtemps me valoir un maroquin de ministre, les avantages y afférents et la reconnaissance baveuse d’innombrables crétins qui croient tout ce qu’on leur raconte et en redemandent. Exister, disparaître, ne change rien et passe le plus souvent totalement inaperçu. Certes certes, il en est même  qui peignent Le buffet de Mougins (ou de Vauvenargues, je ne me souviens plus), écrivent les Syllogismes de l’amertume ou composent une quatrième symphonie avec soprano obligé alors qu’ils se prénomment Gustav. C’est la vie !
Merci à Jean Klépal d’avoir écrit A Caminar… et à Yves Artufel de l’avoir publié chez Gros textes en ce début d’année 2019.


20 avril 2019

Lire la suite

Tout n’est pas irrémédiablement perdu même si ça en prend foutrement le chemin

4 Avril 2019 , Rédigé par Jean-Claude Dorléans


Gardons-nous de rechercher des ressemblances, des similitudes, des analogies qui sait, entre 1938 et 2018. Nous finirions peut-être par les y dénicher. C’est ce à quoi le philosophe Michaël Fœssel nous invite à réfléchir dans son livre, Récidive, 1938, paru aux Puf dernièrement. Les réfugiés de 1938 ne sont-ils pas les migrants d’aujourd’hui et ces derniers, identifiés au terrorisme, ne sont pas loin d’être les responsables, donc les coupables nécessitant et justifiant le renoncement à la démocratie, fut-elle déjà passablement mise en péril sous couvert de panique sécuritaire (voir la débauche de lois votées, à gauche comme à droite, pour soit-disant restaurer la paix publique). Pétain et Laval ne sont pas très loin et le Charles Maurras des années 2000 pourrait bien se nommer Alain Soral. La tentation du chef, autoritaire par nécessité, fermente et se développe au sein d’une grande partie de la population et les orientations de quelques-uns de nos voisins européens devraient ouvrir les yeux des plus myopes ou aveugles d’entre nous.
Il est dès lors plus que tentant de vouloir convertir la célèbre fracture sociale (chère à Chirac) qui a jeté dans la rue et sur les ronds-points des milliers de pauvres en angoisse identitaire, la droite ultralibérale de 2018, qui fait bloc avec la droite extrême quand bien même elle affirme le contraire, peut se réjouir d’avoir pour chef un individu se prétendant au-dessus des partis, et il peut se le permettre puisqu’il a effectivement réussi à être le seul qui décide et tranche quand les prétendus partis d’opposition et les corps intermédiaires comptent aujourd’hui pour du beurre, ou plus exactement de la margarine. Quand un président de la République se permet de renvoyer à plus tard sa réponse aux questions posées par les gilets jaunes d’origine. Qu’il ait réussi à endormir tout le monde avec son pseudo grand débat qui ne fut en vérité qu’un interminable discours électoral dit assez clairement combien l’homme est providentiel et combien le chef tant attendu nous est enfin donné. Il n’est pas certain qu’il lui faille, comme d’autres avant lui et aujourd’hui célèbres, avoir recours à la force (mais rien n’est vraiment impossible) car le héraut du libéral-fascisme se doit de rester propre sur lui, conserver les mains propres et se satisfaire de diriger les affaires depuis son palais, quitte à charger quelque affidé de prendre les mesures nécessaires au respect du pouvoir.
1938 n’est évidemment pas une mauvaise année puisqu’elle vit la naissance d’un certain nombre d’individus dont quelques-uns ont retenu notre attention sans qu’il nous faille pour autant en déduire une quelconque probabilité de ce qui nous attend dans les mois ou les années à venir. Ce serait sans doute trop injuste et pourrait conduire les meilleurs d’entre nous à abréger préventivement une existence condamnée au pire.

4 avril 2019

Lire la suite